Julien FournieLe dessin est sa passion depuis toujours. La mode, il l’a choisie après une première orientation vers des études de médecine.

Sélectionné pour faire partie des talents que forme l’ESAA Duperré, il lui préfère ensuite la rigueur technique de l’Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture Parisienne. La créativité ? Celui qui est devenu « grand couturier » en janvier 2017, l’a d’abord fréquentée au contact des plus grands noms de la Haute Couture en multipliant les stages pendant son parcours d’études. En passant notamment chez Christian Dior, où il rencontre Jean Mouclier qui lui apprend à dessiner des bijoux, mais aussi chez Givenchy (à l’époque où Alexander McQueen est Directeur Artistique de la Maison), chez Nina Ricci et Céline, entre autres…

En 2000, Lors du défilé de fin d’études organisé par son école, il reçoit le Prix Moët & Chandon du meilleur accessoire aux Paris Fashion Awards. Alors qu’il vient d’entrer en stage chez Céline, Jean Paul Gaultier le recrute comme assistant dans son studio de Haute Couture. En charge des recherches de matières et des broderies, il y collabore également à la création de certaines tenues de scène de Madonna pour son « World Tour ». Remarqué par un autre grand nom de la mode, Claude Montana, il collabore avec le designer et assimile les techniques du maître de la coupe et de l’architecture épurée du vêtement.

En 2003, alors qu’il travaille au sein de Montana Créations comme styliste, il est recruté par Torrente Haute Couture comme Directeur de la Création du prêt-à-porter. Quelques jours avant son premier défilé pour la maison du Rond-Point des Champs Elysées, il est nommé Directeur Artistique de l’ensemble de la marque, y compris la Haute Couture.

Julien Fournié veut ensuite découvrir le monde et les pays émergents. Il est alors engagé par le group LG Fashion, en Corée du Sud, pour être le Directeur Artistique de ses marques. A Séoul, il rencontre un autre écosystème de mode, tourné vers le futur. De retour à Paris, il est recruté par Ramosport, la mythique maison du « travel coat ». Il retourne ensuite à l’accessoire en tant que styliste chez Charles Jourdan. Après le fermeture de ces deux maisons, qui avaient à leur tête des financiers n’ayant que peu de connaissances spécifiques des marchés de la mode, Julien Fournié décide de fonder, en 2009, sa propre marque, autour de la Couture parisienne, de son incomparable savoir-faire et de sa soif d’innovation.

Fondée en 2009 par le couturier du même nom, la maison Julien Fournié est centrée autour de ce que son créateur appelle son « laboratoire » : la Haute Couture.

L’histoire de la maison s’égrène au fil des collections dévoilées à Paris en janvier et en juillet de chaque année, pendant la Semaine de la Haute Couture. Ainsi « Premiers Modèles » esquisse en juin 2009 les prémices des codes du style Julien Fournié : dos « fenêtres », dentelles « Art Déco », nobles tissus (mousseline, organza et drap de soie) alliés à des matériaux plus bruts ou novateurs. Cette première collection vaudra notamment au jeune couturier d’être le lauréat du Grand Prix de la Création de la Ville de Paris dès janvier 2010.

Pour la quatrième collection après ses débuts, en janvier 2011, Julien Fournié défilé pour la première fois sous son nom dans le calendrier officiel de la Haute Couture. Le club des couturiers parisiens l’a en effet élu « membre invité ». Fort de ce nouveau titre, il fait défiler dans sa collection « Premières Couleurs » uniquement des mannequins noires ou métisses.

Toujours en 2011, Julien Fournié crée, avec Dassault Systèmes, le FashionLab, incubateur technologique à la croisée de l’univers de la mode et des logiciels de design 3D, convaincu que la 3D peut propulser la mode vers de nouveaux sommets. Depuis cette date, les deux partenaires explorent et développent ensemble plusieurs projets d’incubation concernant le vêtement, la chaussure, mais aussi le sourcing des matières et la distribution de vêtements ou d’accessoires de mode. Développées grâce aux solutions 3D digitales du FashionLab, les collections de chaussures Julien Fournié (vues sur les défilés de la maison depuis juillet 2014) sont proposées aux clientes de Haute Couture en commande spéciale.

Au fil des saisons, la Maison de Couture parisienne s’est adjointe des personnes-clés et des soutiens importants. Depuis le premier défilé, Jean Paul Cauvin, alors journaliste de mode, veille aux mises en scène et aux castings ainsi qu’aux bandes-son des défilés. Tout en poursuivant ces missions chaque saison, il remplit également, depuis 2013, les fonctions de Directeur Général de Julien Fournié SAS. Madame Jacqueline, première d’atelier de la Maison ainsi que Nicolas Degennes, artiste du maquillage, apportent fidèlement leur expertise à Julien Fournié depuis les débuts. C’est la merveilleuse équipe du salon de coiffure londonien Neville, animée par Elena Lavagni, qui réalise, depuis 2014, la coiffure de tous les  défilés et séances photo de la Maison. Parmi les partenaires fidèles, citons, depuis 2010, les solutions d’attache YKK, feu Maria Luisa Poumaillou, acheteuse de légende, et, plus récemment, la Maison Julien Vermeulen, brillant plumassier parisien.

En janvier 2017, la Maison Julien Fournié a été classée Haute Couture. Ce label, protégé par le Ministère de l’Industrie, est attribué à quelques Maisons seulement (quatorze à cette date) qui allient le meilleur de la créativité et du grade de qualité. Depuis ses débuts, Julien Fournié a également eu l’honneur d’être invité pour défiler à l’étranger lors d’événements de prestige dans le but de faire connaître son style aux clientes du luxe dans leur pays d’origine. C’est ainsi qu’à trois reprises, Julien Fournié a défilé à Singapour, mais aussi à Stockholm, dès novembre 2012, pour présenter sa « Première Rétrospective » dans le hall d’honneur de l’Hôtel de Ville de la capitale de la Suède. En octobre 2015, sa « Première Initiation » a ouvert à Ho-Chi-Minh Ville (Saïgon) la deuxième édition de la Vietnam International Fashion Week. En Octobre 2018, Julien Fournié Haute Couture a participé au gala « French Touch » organisé au Théâtre Welki de Varsovie et retransmis sur la première chaîne de télévision privée nationale, pour promouvoir les arts et le luxe français en Pologne.

Le CouturierJean Paul Cauvin